CASQ-WINTER-TU

La Casquette Laine des Alpes

Confectionnée au Portugal, à São Joao da Madeira 

70,00 €

(Luxe traditionnel : 150-200€)

  • Port offert dès 120€
  • Retour gratuit
  • Prix d'atelier

Un atelier familial fondé en 1961
Héritier d’un savoir-faire chapelier centenaire (la « Fabrica Nova »)
Une laine 100% savoyarde (matière, filage, tissage)
par Arpin, un atelier familial fondé en 1817
Labellisé Entreprise du Patrimoine Vivant
100% laine française d'alpage (350g/m2)
Attache réglable en cuir de vachette italien au tannage végétal
Métallerie en zamak argenté
Doublure matelassée pour la chaleur et le confort
Première de propreté en coton
Taille unique - Unisexe

Une casquette pensée pour l’hiver : confortable, chaude, coupe-vent et facile d’entretien !

  • Livraison & Retour
La Casquette Laine des Alpes
La Casquette Laine des Alpes

Pourquoi cette pièce ?

Dans l’équipe d’Atelier Particulier, la casquette est un accessoire qui nous attire depuis plusieurs années. Une pièce qui habille et protège (notamment l’hiver), et derrière laquelle peut se cacher de belles histoires. Jugez par vous-même : notre casquette est confectionnée au Portugal - par un atelier à l’histoire atypique - à partir d’une laine Arpin 100% française (la même laine qui accompagne les alpinistes et explorateurs depuis 203 ans). Sans aucun doute, LA pièce de la rentrée chez AP !

De Lady Di à Steven Spielberg, jusqu’à votre tête

En 100 ans, la casquette a intégré tous les milieux (sportif, politique, d’affaires, TV, etc.) jusqu’à l’homme et la femme « de tous les jours ». On comprend pourquoi : cet accessoire est facile à porter, confortable, protecteur et ajoute un peu de « peps » à une tenue.
Et pourtant, chez toutes les marques, c’est le parent pauvre du vestiaire. Alors on a décidé de lui redonner ses lettres de noblesse ! D’abord en allant dénicher une laine des Alpes 100% française puis en confiant la confection à un atelier chapelier portugais héritier d’une longue tradition. Voilà le résultat.

Cocorico – Une laine 100% made in France !

Arpin 1817 perpétue depuis 8 générations et 200 ans le savoir-faire lainier de Savoie. Pleinement inscrit dans son territoire, Arpin transforme la laine des alpages qui l’entoure. Suffisamment rare pour le souligner, ses tissus iconiques sont entièrement confectionnés de A à Z dans son atelier savoyard (de Séez). Arpin maitrise chaque étape : lavage, cardage, filage et tissage sont notamment réalisés sur place.
Unique en France, ce savoir-faire est reconnu par le label d’État « Entreprise du Patrimoine Vivant ».

Une casquette d’explorateur

Prêt à devenir le nouveau Mike Horn ?
Peu le savent, mais depuis 203 ans Arpin équipe les alpinistes et explorateurs les plus renommés. Paul Émile Victor, fondateur et dirigeant des Expéditions Polaires Françaises est l’un d’eux. Et il ne partait jamais à l’aventure sans sa laine Arpin.
En choisissant une laine Arpin pour notre casquette, nous avons donc fait le choix de vous offrir une belle laine aux propriétés pensées pour des explorateurs de l’extrême : chaude, robuste, respirante et confortable. 

Toutes les finitions d’une grande casquette

Pour faire honneur à la laine Arpin, nous et notre atelier avons été minutieux sur les finitions : une visière doublée et renforcée, une attache arrière réglable et confectionnée dans un cuir de vachette italien, une métallerie en zamak argenté solide et élégante.
Et, pour le confort, on a sélectionné une doublure matelassée – oui, comme le fauteuil ! – à la fois douce et chaude. Puis on a ajouté une bande de propreté en mousse et coton épaisse et absorbante.

Le savoir-faire chapelier à l’honneur

C’est au Portugal, à São Joao da Madeira, que nous avons déniché notre atelier. Double spécialiste, il est à la fois maroquinier et chapelier. En effet, à quelques kilomètres de là se trouve l’une des chapelleries les plus reconnues du  Portugal : la « Fabrica Nova ».
Bien qu’étant à l’origine du savoir-faire chapelier portugais au 20ème siècle, l’atelier Fabrica Nova a oscillé entre périodes de prospérité et de déclin. Pour finalement fermer ses portes en 1995. La fin d’une histoire ? Non, car pour préserver le savoir-faire, notre atelier a racheté les machines et ré-embauché les artisans. Un joli geste.

1
Découvrir aussi