By visiting this website, you accept the use of cookies in order to improve the quality of your visit and enable us to offer you services and products adapted to your interests, in addition to social sharing options. More information.

I accept
  • Luxury at your fingertips

Inis Meain, le cœur de « l’île du milieu ».

Connaissez-vous l'archipel des îles Aran ? À la sortie de la baie de Galway, Oileáin Áran est formé de trois îles principales qui invitent au voyage et à l'apaisement.

Parmi elles, aujourd'hui, je souhaitais vous parler de "l'île du milieu", Inis Meáin en langue gaélique.

Située au large de la côte ouest irlandaise, c'est un lieu reculé d’à peine 3.5km sur 5km, où falaises et récifs forment une armure indispensable face au caractère tempétueux de l’océan Atlantique. Un petit bout de terre protégé, voire profondément isolé, qui abrite depuis des siècles une population débrouillarde, indépendante et fière d’à peine 200 habitants.

Une communauté qui vivait autrefois de la pêche et de son commerce, mais qui s’illustre aujourd’hui dans un tout autre domaine : la confection lainière. Une spécialité encore confidentielle portée par une marque étendard, homonyme de l'île qui l'abrite : Inis Meáin.

Nous ne sommes sûrement pas les seuls à vouloir être à sa place, les falaises de l’île impressionnent.

La laine comme moyen de survie

En 1976, la création de la marque Inis Meáin, est une réaction directe à l’abandon de l’île par ses habitants. Sur une terre sous développée, isolée du reste de l’Irlande et particulièrement pauvre, il fallait créer des emplois fiables et durables. 

À travers la confection de maille et de tricot traditionnels, la marque a trouvé le moyen de faire survivre l’île tout en s'inscrivant dans son histoire. Une histoire à laquelle prennent quotidiennement part les 200 habitants qui peuplent cette terre miniature de 9.6km. 

À travers des gestes très précis, les artisan(e)s de la marque font parler leur savoir-faire.

La marque Inis Meain emploie une vingtaine d’habitants, ce soit plus 10% de la population totale de l’île. Un chiffre déjà impressionnant mais qui n’indique pas l’impact réel de son activité : chaque habitant a un cousin, un père, un frère ou une sœur qui travaille pour, et avec Inis meain. Chacun d’entre eux est, d’une certaine manière, lié à l’atelier.

Inis Meáin la marque, et Inis Meáin, l’île, ne font qu’un.

Mieux vaut tard que jamais

C’est sous l'impulsion des créateurs de l'atelier, Fiona et Tarlach, au milieu des années 70, que s’est amorcée la modernisation de l’île. En moins de 10 ans, ils faisaient installer l’électricité, l’eau potable et de meilleurs points d’accès à l’île en matière de transport.

On imagine aisément la difficulté de transporter hommes, animaux et marchandises sur ces « curach », des embarcations traditionnelles de l’île que la marque honore à travers son logo.

Grâce à la qualité de ses pièces et à leur identité unique au monde, elle a porté le nom d’Inis Meáin plus loin qu’il ne l’avait jamais été : les boutiques les plus prestigieuses du monde, qu’elles soient japonaises, américaines ou européennes, s’arrachent ce savoir-faire de niche.

 Avec le dynamisme que son activité a insufflé à l’île, elle lui a également permis de s’ouvrir d’avantage au monde, en la rendant à la fois plus attractive et capable de générer un tourisme vertueux. C’est dans cette optique que l’atelier a créé son hôtel-restaurant ne comportant que 5 suites à louer. Un choix mûrement réfléchi.

Une architecture à l’image de l’île : charmante et sans fioriture.

Tarlach et Fiona de Blacam, les fondateurs d’Inis Meain, souhaitent depuis toujours conserver un atelier à taille humaine. La croissance n’est pas un objectif en soi. Seule la pérennité économique, sociale et culturelle de l’île compte. Avec sa production d’à peine 20 000 pièces par an, il se place presque 10 fois plus bas que n’importe quel producteur de son secteur. Ses collections sont limitées car son savoir-faire doit rester rare. 

Home sweet home

Inis Meain, la marque, sait que sa plus grande force, c’est son île.

L’impact de l’île sur la marque se ressent jusque dans les motifs de ses pièces.

C’est pour cette raison qu’elle a toujours refusé d’externaliser sa production, même lors de crises aussi violentes qu’en 2009 : ce savoir-faire est celui des artisans de l’île, et cette île est celle des artisans. C’est un cercle vertueux que chaque habitant se doit de protéger.

Dans l’histoire du savoir-faire, cette épopée est particulièrement singulière. 

Depuis 7 ans, nous parcourons à la recherche des plus belles histoires artisanales, et celle d’Inis Meain a une saveur particulière. Il faut le dire, la frontière qui sépare la marque d’un espace géographique ne nous a jamais semblé aussi poreuse.

Si vous vous amusez à rechercher Inis Meain sur un moteur de recherche : les premiers résultats font quasiment tous référence aux pièces confectionnées par la marque. 

Cela dit, pas d’inquiétude pour ceux qui désireraient apprendre l’histoire de cette terre : vous la retrouverez inscrite sur chacune des pièces que la marque confectionne, pour peu d’y prêter attention.

Vous souhaitez en savoir plus sur Inis Meain ? Découvrez les coulisses de notre rencontre.