• Luxury at your fingertips

Le Polo qui vous fera oublier les chemises !

Avec l’équipe, on a décidé de remettre le couvert !

Il y a quelques semaines, on vous présentait le Polo Piqué Supima®.

Notre première pièce issue du savoir-faire piqué. Ce point de maille si spécifique qui a marqué l'univers du sport depuis 1 siècle.

Ce polo, on en est très fier. Pour plusieurs raisons :

  1. On a réussi à concilier les avantages du polo piqué (polyvalence et confort) avec nos exigences habituelles = dénicher une belle matière et un atelier référent dans son domaine
  2. L’atelier qui nous accompagne – justement - nous a vraiment aidé à élever les standards de qualité. Et ce n’était pas forcément gagné…

Le moins que l’on puisse dire, c’est que votre accueil a été super. Encore meilleur que ce que l’on pouvait espérer. En tout, vous avez été plus de 1.200 à le précommander. Depuis, vous l’avez reçu et vos retours sont à la hauteur (d'ailleurs, merci de prendre le temps de revenir vers nous. C'est une grande source de motivation) !

Ce polo on l'aime parce qu'il est polyvalent. Vous pouvez le porter comme un polo classique, en dehors du pantalon, pour un rendu casual ou comme une chemise. Rentrée, sous un blazer, une veste en jean ou un teddy.

Bien sûr ; on aurait pu s’arrêter là.

Mais juste après la clôture de la précommande, on a eu un petit débat en interne (appuyé par les retours de plusieurs d’entre vous, d’ailleurs).

Au cœur du sujet, il y avait Mathilde (notre Responsable Produit) et Jolhane (notre Responsable Marketing et Gardien de la Communauté :).

Jolhane : J’adore ce polo, et je suis persuadé qu’une version à manches longues plairait vraiment à la communauté.

Je me souviens d’une discussion en 2019 avec quelques clients qui étaient à la recherche d’une alternative à la chemise. Quelque chose de plus élégant qu’un polo, pour aller travailler dans un cadre business, tout en étant bien plus confortable qu’une chemise et polyvalent au quotidien.

Mathilde : J’ai un doute sur les manches longues. C’est soit un peu connoté « Yacht Club », soit trop élégant. Donc difficile à aborder pour la plupart des gens. Le style sartorial ne passionne pas tout le monde ! 

Jolhane : On peut apporter notre touche. J’ai quelques images d’inspirations en tête, il faut simplement trouver un équilibre.

Si l'on ne devait conserver qu'une seule inspiration ce serait celle-ci. La boutonnière et la profondeur du col sont idéales à nos yeux.

Mathilde : Si l’on se lance sur cette pièce, il faut conserver l’inspiration chemise, tout en essayant de retirer le coté trop formel des polo-chemises que l’on trouve ailleurs.

Il devra parfaitement s’accorder avec une veste classique, une veste en jean et même une veste de travail.

Jolhane : Je suis d’accord ! On doit développer notre propre vision du polo à manches longues. Un savant mélange entre les polos des étudiants de l’Ivy League du siècle dernier et les polos-chemises italiens du Pitti.

On a déjà 50% des critères atteints avec la 1ère version du Polo Piqué Coton Supima®, pour le reste il suffit de rappeler notre atelier pour lui transmettre le cahier des charges :

  • Confectionné selon les standards d’une chemise haut-de-gamme
  • Élégant sans être inaccessible
  • Plus confortable qu’une chemise classique
  • Et ultra-polyvalent

C‘est ce que l’on a fait. On a rappelé Valentina, la directrice de notre atelier. Voici le résultat.

On retourne au Portugal

En juillet dernier, on a organisé une semaine complète de visites au Portugal.

L’occasion idéale de retourner chez Valentina et ses équipes pour discuter en face à face autour d’un café et de quelques gourmandises lusitaniennes.

On ne se refait pas ;-)

41 ans d’expertise

Le piqué, c’est un point de maille qui alterne les tensions de fils pour créer une armure aussi solide que respirante.

Cette définition, elle n’est pas de nous, mais de notre atelier.

Un atelier portugais, déniché à quelques encablures de Porto. Ce dernier a été fondé en 1980 et a 2 grandes spécialités : le jersey (pour le t-shirt notamment) et la maille (dont la technique du piqué).

Les coulisses de l'atelier. On se trouve ici dans la partie isolée de l'atelier. Avec une sélection des machines les plus anciennes. Ambiance vintage garantie !

On a tout de suite accroché avec les dirigeants et leur équipe.

Ils ont une approche pédagogique du savoir-faire. Ils aiment transmettre et démocratiser. Dans un secteur aussi technique, avec autant d’étapes et de machines que celui de la maille, c’est essentiel.

Sans cela, on ne pourrait pas vous parler aussi « simplement » de tout cela. Nous n’avons jamais suivi de formation. C’est la curiosité et notre passion pour l’artisanat qui nous poussent à toquer à toutes ces portes.

D'ailleurs, chaque visite est une occasion d'apprendre de nouvelles choses. On ne reste pas sur nos acquis. Encore aujourd'hui - on doit vous l'avouer avec transparence - il nous arrive de nous tromper entre toutes les étapes et finitions que l'on découvre. Mais c'est un véritable plaisir de découvrir les coulisses du savoir-faire de nos ateliers. Ici, vous apercevez les patrons des manches et autres parties du polo. La découpe sera ensuite réalisée sur une machine électronique.

Grâce à cette pédagogie, on a pu se concentrer sur les finitions les plus importantes de notre futur Polo Chemise Coton Supima® :

  • La matière
  • Le col et les boutons
  • La coupe et les couleurs

Une belle matière naturelle

À chaque pièce sa matière de prédilection.

Historiquement, la matière-reine pour le polo piqué, c’est le coton.

Léger, souple et solide, il est difficile de faire plus pratique, polyvalent et accessible. 

La seule interrogation, c’est la qualité. Sur les photos d’archives ou sur les étiquettes de composition des polos piqués de l’époque que l’on a analysé, il n’y a pas beaucoup d’information sur le type de coton utilisé.

On n’était pas très bavard à l’époque.

Le défi réside donc dans le choix de la qualité de coton.

À votre avis, on a choisi quel cépage de coton ?

Il y a coton ET coton

Bien sûr, on vous le donne en 1.000 : tous les cotons ne se valent pas. Si vous nous suivez depuis quelques temps, on vous en a déjà parlé sur nos dernières sorties. Le Polo Tricot, Piqué et la Serviette Coton notamment.

Souvent, les fibres sont très courtes, manquent de douceur et cassent facilement. Invisible à l’œil nu, on ne le remarque qu’une fois qu’il est trop tard. Résultat : la matière ne tient pas ses promesses.

Au final, la fleur de coton, c’est un peu comme le raisin dans le vin, ou la laine de mouton. Certains cépages ont des propriétés bien meilleures que d’autres.

Il faut donc chercher et questionner les fileurs et tisseurs avant de prendre une décision.

Il y en a 3 ou 4 qui sortent du lot. Celui que l’on a choisi est l’un de ces cépages. Il s’agit même d’une des références et il nous vient des États-Unis. C’est le Coton Supima®

Bien que la matière est le petit grain texturé de la maille piquée, la douceur est au rendez-vous.

Le Coton Supima®, c’est la spécialité des États-Unis. On y cultive, entre la Californie et le Texas, le cépage qui y donne vie : le coton Pima

Le coton Pima est une variété de coton qui a pour particularité de posséder des fibres 30 à 40% plus longues qu’un coton classique.

Comme pour une laine, la longueur est gage de bonne santé de la fibre. Et donc de solidité et de douceur.

Quand on creuse un peu plus, on trouve dans la famille Pima une qualité encore meilleure : le Superior Pima, souvent appelé Supima®. Des fibres extra-longues et fines qui sont sélectionnées sur 1 fleur de Pima sur 100. C’est lui que l’on a choisi.

À sa douceur il faut lui ajouter sa résistance et sa praticité au quotidien. Un exemple ? Pour du coton, il ne froisse pas tant que ça.

Avec ce fil de coton, on savait que l’on pourrait créer un polo :

  • Léger mais qui conserve une bonne chaleur thermique – et c’est primordial à la mi-saison lorsque les températures varient fortement
  • Confortable – grâce à la longueur des fibres du coton Supima®, le piqué sera souple. On respecte donc son ADN sportif !
  • Facile à entretenir – le coton Supima® ne bouloche pas, se lave en machine et est facile à repasser.

Enfin, dernier (et rare) critère : la douceur.

C’est notre petite touche perso. Sur le polo piqué traditionnel, même de bonne qualité, le point piqué rend la main légèrement « rugueuse ». Or, ce n’est pas ce que l’on préfère.

Pour contrer ce problème, notre tissu a été lavé à plusieurs reprises. La sensation obtenue est bien plus douce et agréable à porter que ce que vous connaissiez par ailleurs. Ce qui est intéressant, c’est que tout en étant très douce, la matière conserve le grain spécifique du piqué.

C’est donc une pièce texturée qui n’est pas sans âme.

Avec une casquette pour un rendu "Ivy League" bien vintage ;-)

Un polo pensé comme une chemise

Et qui dit chemise dit col.

On a longuement hésité sur ce point.

Très satisfait par la qualité du 1er col - à la française - on a essayé de le transposer sur la version à manches longues.

Résultat, il tient toujours aussi bien en place, il est résistant tout en conservant un peu de souplesse pour que l’effet ne soit pas cartonneux.

Mais …

Car il y a un mais.

Le résultat était trop casual à notre goût.

Pour plus d’élégance, notre col devait pouvoir se positionner parfaitement en dessous d’une veste. Qu’il s’agisse d’une surchemise ou d’une veste en jean par exemple.

Le col dit « italien » s’est imposé.

Plus ouvert, il se pose correctement sous toutes les types de veste. C’est assez bluffant.

Pour le reste, on a conservé les finitions précédentes. Surpiqures resserrées, double épaisseur de tissu ET véritable boutonnière.

Sur ce point, on est assez extrémiste. Une boutonnière de qualité, c’est une belle matière et un système de fixation bien pensé.

Pour la matière, on a fait simple. On a pris de la nacre de chez Corne et Corozo, un boutonnier français, comme sur nos chemises favorites.

On la trouve plus authentique.

La nacre ne reflète pas la lumière comme un simple plastique, elle s’irise. Le rendu est beaucoup plus élégant.

Quant à la fixation, on a demandé à notre atelier ce qu’il avait de plus solide. Ils nous ont donc parlé des machines Ascolite.

Si vous ne connaissez pas – et c’est tout à fait normal – les machines Ascolite sont normalement utilisées pour les boutonnières des chemises formelles et des manteaux. Elles permettent de thermosouder le bouton en plus de le coudre. Ce qui renforce considérablement son maintien.

Bien sûr les poignets profitent de la même qualité.

Savez-vous comment reconnaitre un bouton en vraie nacre d’un bouton en plastique ? Posez-le sur vos lèvres. Contrairement au plastique, la nacre est naturellement froide. Avec cette technique, impossible de vous tromper.

Un polo qui vous va comme un gant

Quel est le point commun de toutes ces photos d’archives ?

La coupe et les coloris du polo sont P-A-R-F-A-I-T-E-S (selon nos goûts en tout cas).

En prêt-à-porter, la coupe importe presque autant que la matière et la façon.

Si ce n’est plus.

C’est elle qui permet à une personne de se sentir bien dans son vêtement.

Sur ce coup, on n’avait pas le droit à l’erreur.

On a travaillé une coupe droite légèrement ajustée. Notre idée ? Que le polo soit rentré ou à l’extérieur du pantalon, vous devez avoir de l’aisance sans que ce soit bouffant.

On regarde en photo, ce sera plus clair. Notre mannequin Gaël, mesure 1m80 pour 72kg et il porte une taille M.

Et, pour les coloris, on a choisi l’épure la plus totale. Un marine et un écru. Ce sont des coloris efficaces,, qui se marient avec tous les vestiaires et qui ont l’avantage d’être portables à l’automne comme au printemps.

Ce polo, vous vous plairez à le porter sans prise de tête, tant il est intemporel. Dans des looks habillés ou plus casual, les options sont (presque) infinies.

Vous connaissez toute l’histoire de notre Polo Chemise Coton Supima®.

On a hâte de vous voir le porter cet automne. Vous allez voir, vous ne pourrez plus vous en passer.

On vous donne rendez-vous jeudi à 10h pour le lancement en précommande !

À jeudi,

-

Fulbert, Benjamin & l’équipe AP

Dénicheurs de savoir-faire