By visiting this website, you accept the use of cookies in order to improve the quality of your visit and enable us to offer you services and products adapted to your interests, in addition to social sharing options. More information.

I accept
  • Our Sunglasses #2 will be back in June 😎

Les Solaires V2 : découvrez notre atelier normand

La lunette en France : un savoir-faire plusieurs fois centenaires.

La France et la lunette, c’est une histoire d’amour qui dure. On pourrait même dire que la France voue un amour inconditionnel à ce savoir-faire. Depuis le XIIème siècle.

Pas moins de 65 étapes manuelles contribuent à la confection de nos lunettes solaires, du façonnage au montage en passant par le polissage et la gravure.

Ces étapes façonnent l’acétate, matière phare de la lunetterie. Les gestes sûrs de nos artisans et le grain de nos acétates donnent naissance à des pièces uniques. On vous explique tout maintenant.

L’acétate est la matière reine de la lunetterie. En photo ici, un acétate de la célèbre maison Mazzucchelli 1889. Une référence mondiale qui allie à la perfection tradition et technologie.

L'acétate est sans limite. Couleurs, motifs, transparence. Laissez-faire votre imagination !
La découpe est une affaire de précision.
Les plaques sont coupées à la machine puis poncées à la main dans le but d’obtenir des rectangles de taille égale.

Vient ensuite l’étape de la découpe. Ici, l’objectif est de ‘’dessiner’’ la forme de la lunette à l’aide de la machine. C’est une étape technique qui requiert beaucoup de pratique.

Ici, vous pouvez-voir la découpe de la plaque d'acétate. Pas d'erreur possible.
Quand les copeaux d'acétate volent c'est toujours bon signe !
On analyse le résultat ! A ce stade, la monture a la bonne forme. L’acétate reste néanmoins très épais. Il faut ensuite le façonner pour lui donner ses courbes définitives !

L’étape des tonneaux de bois.

Elle est stratégique.

Une fois la lunette façonnée, c’est dans ces tonneaux que la monture est polie. L’objectif étant d’éliminer les rayures et les bords rugueux. Les tonneaux, vieux de plus de 50 ans pour certains, sont remplis de copeaux de bois et de copeaux de bambou. Les montures vont y rester de 48 à 72h et l’étape sera répétée 3 fois, avec des copeaux de plus en plus petits.

Notre coup de coeur. Des tonneaux vieux d'une cinquantaine d'année. Toute une histoire.

Place aux branches.

Après avoir été taillées dans l’acétate, puis polies dans les tonneaux, les branches sont percées une à une. L’objectif étant d’incruster à la main la charnière. Nous avons fait le choix d’une charnière 5 griffes, plus solide qu’une charnière 3 griffes traditionnelle.

Une fois polies, les charnières sont montées. À la main, bien entendu. On n’a pas encore trouvé mieux.

Dernière étape : le montage des verres. Mais pas n’importe lesquels. Il s’agit de verres ZEISS, aussi beaux que techniques. Le savoir-faire de l’entreprise allemande garantit une solidité et un confort de vue à toute épreuve. Nos verres sont à la fois anti-reflets, anti-rayures, déperlants et labélisés CR-39 (standard de qualité en Europe).

Les artisans utilisent ces machines composées de centaines de chiffons. Pour faire briller la monture, ils appliquent de la poudre d’argile. #Shinning

Maintenant, vous connaissez tous les secrets de confection d’une solaire de qualité luxe. Voici le résultat.