By visiting this website, you accept the use of cookies in order to improve the quality of your visit and enable us to offer you services and products adapted to your interests, in addition to social sharing options. More information.

I accept
  • Luxury at your fingertips

L'histoire de la création de notre maillot de bain

La genèse

Il faut revenir en janvier 2018, de l’autre côté de la manche, bien loin des plages de la Côte d'Azur.

A cette époque, avec mon associé Benjamin, nous sommes à Londres pour faire les soldes.

Etes-vous déjà allé à Oxford Street un samedi après-midi ? C'est la folie...

Dans notre "wish list" de l'époque, il y avait :

  • Une paire de derbies en cuir (des chaussures de ville plutôt casual)
  • Un ou deux pulls d’hiver bien chauds
  • Un manteau en laine robuste
  • Et un maillot de bain

Vous me direz que le maillot est un peu hors-sujet... (surtout en janvier !)

En fait, ce fameux maillot est sur ma "wish list" depuis un moment, car je ne parviens jamais à trouver le bon maillot.

Les raisons sont simples : ils ne sont pas très beaux, la matière fait souvent "cheap" et le prix est parfois prohibitif.

Mais le fond du problème se résume en un point :

Jusqu’à présent, je n'ai jamais réussi à trouver un maillot de bain suffisamment élégant et pratique pour me suivre toute une journée : à la plage mais aussi au déjeuner, pour un verre en fin de journée ou encore au restaurant le soir.

Le short estival par excellence ! Mais son usage sera clairement limité à la plage.

Après une journée à vagabonder dans les rues d’Oxford Street et Regent Street, la liste est presque complète. Il ne manque que le maillot de bain. Un peu dépités, on décide de faire une dernière halte chez un tailleur (près de Savile Row, pour les connaisseurs) spécialisé dans les pantalons, avant de rentrer.


Entre les pantalons en flanelle de laine et en tweed, on tombe sur une sélection de pantalons et de shorts d’été. L’un d’eux et en Seersucker.
Vous savez, cette matière gaufrée très particulière ?

Le short est magnifique.

Il a toutes les propriétés et finitions d’un beau pantalon mais en version short 😍:

  • Une belle matière
  • Des boutons en nacre
  • Des poches soignées
  • Des pattes de serrage

En discutant avec le patron de la boutique, il nous explique que le Seersucker est une matière idéale pour l’été. Elle est respirante, ne colle pas à la peau et ne retient pas l’humidité. Bref, il s’agit du short idéal.

Voici un tissu Seersucker. Vous voyez ces petites vagues ? C'est ce qui donne un aspect gaufré au Seersucker. C'est très confortable et respirant.

Malheureusement, on apprend également que le short n’est pas adapté à la baignade. Il ne sèchera pas rapidement, et la couleur du short risque de déteindre avec le sel de mer ou le chlore.

Quelle déception !

En sortant de la boutique, la déception fait vite place à une idée : si le maillot de bain idéal n’existe pas, on va le créer.
A notre image : élégant comme celui qu'on vient de voir et technique comme un maillot de bain classique.

Pour lancer ce nouveau projet, il nous faut dans un 1er temps trouver la matière idoine : un tissu en Seersucker qui puisse résister durablement à une utilisation estivale.

Et ça tombe bien ! Dans quelques jours, il y a Première Vision, l’un des plus grands salons Textile en Europe.

🚗

Une journée à Première Vision

NB : Si vous ne le savez pas, Première Vision est un salon professionnel qui se déroule à Paris, 2 fois par an. Lors de ce salon, plusieurs milliers d’ateliers, manufactures et autres fournisseurs "Textile" présentent leurs collections de tissus, cuirs et autres matières. Il s’agit donc du meilleur endroit pour dénicher une matière bien spécifique, comme le Seersucker.

Première Vision, c'est ça. Une foule de visiteurs et des centaines de ''box'' avec des milliers de références de tissus et matières. C'est une véritable caverne d'Alibaba.

Nous sommes le 13 février 2018 et nous arrivons au salon avec une dizaine de rendez-vous dans l’agenda, dont 4 pour trouver un tissu de maillot de bain.

Nous commençons par un fournisseur italien que nous connaissons bien.
Rendez-vous expéditif, il ne fait pas de Seersucker.

Puis, lors des 2 rendez-vous suivants, nous rencontrons des fournisseurs qui font du Seersucker classique. C’est-à-dire un Seersucker pour pantalon ou short de ville mais pas pour un usage technique (waterproof).

Voici un très belle exemple de ce qui se fait pour un pantalon classique. Ici, il s'agit d'un pantalon en Seersucker bleu et blanc de la marque Boggi Milano.

Avant de partir, le dirigeant du dernier atelier nous parle d’une manufacture familiale au Portugal, qui fait du tissu technique depuis 8 décennies. Il nous conseille de passer le voir à la fin de nos rendez-vous. Il devrait pouvoir nous aider.

Nous l’écoutons et vers 17h30, nous allons à sa rencontre. Il nous explique tout d’abord l’histoire de sa manufacture.

Construit en 1939 dans la région de Guimaraēs (près de Porto), l’atelier s’est spécialisé, après la guerre, dans le tissu technique. Et notamment dans le vêtement de plage au début des années 50.

Pour le plaisir, voici une petite information historique. Depuis le 13 décembre 2001, le Centre Historique de Guimarães est inscrit sur la liste du Patrimoine Mondial de l'UNESCO. Ici, voici le Castelo de Guimarães. Un coup de ❤️ que nous vous invitons à visiter !

Nous lui parlons de notre projet et il nous explique rapidement que pour un maillot de bain, il est impossible d’utiliser un Seersucker en 100% coton car la matière mettra plusieurs heures à sécher. Or, ce n'est pas le but d'un short de bain 😉

Il nous présente donc une gamme de tissus, avec une finition Seersucker, en poly-coton.

Qu’est-ce que le poly-coton ? C’est un tissu hybride qui profite des meilleures propriétés de chaque fibre : le coton et le polyester.

E
n clair, le tissu proposé a l’aspect du Seersucker, car il est composé de 25% de coton, tout en ayant les propriétés techniques d’un short de bain classique, grâce aux 75% de polyester.

Il sèche vite, froisse peu et résiste aux UVs et au sel de mer.

Séduit par le discours, nous nous attardons sur la palette de couleurs et nous remarquons immédiatement une gamme de couleurs à rayures, qui sort du lot : un bleu, un rouge et un vert.

Je suis sous le charme de ce vert. C'est très rare de trouver un vert avec cette profondeur. Ni trop clair, ni trop foncé.

Pourquoi un tissu à rayures ?
Bien-sûr, il était possible de choisir un tissu uni mais ce serait aller à l’encontre du style originel du Seersucker.

Le saviez-vous ?

Historiquement, le tissage même du Seersucker le rend naturellement rayé. Les fils de coton sont ainsi assemblés de façon à créer un effet froissé, faisant du tissu une succession de rayures, l’une lisse, la suivante en relief. 

Chez Atelier Particulier nous respectons la tradition et l’histoire du savoir-faire. Un tissu en Seersucker rayé, c'était une évidence.

Maintenant que le tissu est trouvé, il reste à parler des détails de confection de notre short de bain. Et, pour rappel, nous avons des exigences très élevées. Notre maillot idéal doit avoir :

  • Des pattes de serrage pour le confort
  • Au moins 3 poches pour la praticité
  • Des boutons en nacre pour l’élégance

Il y a encore du pain sur la planche.

Ne pas oublier les finitions

Environ 1 mois et demi après notre rendez-vous avec l’atelier, avec Benjamin, nous avons reçu le maillot de bain dans les 3 coloris.

Première réaction : le tissu est magnifique.

Les rayures sont fines et nettes. Il est agréable au toucher et très souple. C’est une réussite. Ce n’est pas une surprise, nous étions déjà convaincus la première fois 😊

La qualité du travail d’un atelier se vérifie notamment à la précision des finitions. Pour notre maillot de bain, nous regardons en priorité la finesse et la régularité des coutures, la solidité des boutons, la qualité de la métallerie et la netteté de la coupe.

Comme vous pouvez le voir, l’atelier a scrupuleusement respecté toutes nos demandes.

La métallerie des pattes de serrage est pratique et élégante.

Les boutons en nacre sont présents et - on peut vous le garantir - c’est une finition rare. Nous ne pensons pas nous tromper en disant que pour 99,99% des maillots de bain du marché, les boutons (quand il y en a) sont en plastique.

Le bouton est gris foncé, avec de jolis reflets. Pour rester dans le thème ''aquatique'', nous avons choisi une finition qui rappelle le reflet des coquillages !

Côté poches, il n’y en a pas 3 mais 4. Avec l’atelier, nous avons voulu ajouter une petite poche ticket à l’avant. En plus de donner du cachet au maillot, c’est pratique pour mettre en sécurité une clé de vestiaire ou un peu de monnaie.

Enfin, l’atelier nous a apporté toute son expertise pour la sélection du filet. Avec lui, on a choisi le filet le plus fin possible. Au toucher, il est vraiment très doux. C’est surprenant. 

Un filet aussi doux, il faut le toucher pour le croire !

La coupe

C’est le dernier point de vigilance et sûrement l’un des plus importants.

Pour un short comme pour un pantalon, la coupe est essentielle.

Nous l'avons choisi plutôt fitté et pas trop long, pour un rendu plus moderne.

C'est le short de bain le plus polyvalent : il est adapté à la farniente comme aux cafés parisiens 😉

D’ailleurs, ce n’est pas moi qui le dit, mais nos clients.

L'année dernière, 1000 clients ont eu la chance de tester notre maillot de bain. Nous avons reçu des dizaines de messages de félicitations 😊

Par exemple celui de Marco V. :

« En mettant ce short de bain et sa serviette en lin dans mon panier, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. J’ai beaucoup d’estime pour Atelier Particulier et ai déjà été plus que convaincu par deux de vos ceintures. Toutefois, l’affaire était cette fois non plus celle d’un accessoire, mais bien d’une pièce portée plus ou moins quotidiennement. Comment allait être la coupe, la matière, les couleurs, etc. Ce sont tant de questions qui m’ont traversées l’esprit, sans pouvoir être certain que le résultat me conviendrait.   

[…] Puis, vient le maillot. Et là, tout simplement pas de mots : la coupe est superbe, le tissu exactement comme il devrait être pour un usage polyvalent en short et maillot, et les pattes de serrage donnent une touche de distinction finale parfaite. Agrémenté de la serviette en lin d’une couleur et douceur magnifique, ces deux articles me donnent, n’en doutez pas une seule seconde, pleine satisfaction :) »